La Cour de cassation réaffirme que l’occupation sans droit ni titre du bien d’autrui constitue un trouble manifestement illicite qu’il appartient au juge des référés de faire cesser

Par une décision du 21 décembre 2017, la 3ème chambre civile de la Cour de cassation a censuré l’arrêt de la Cour d’appel de Toulouse du 6 juillet 2016 qui avait jugé que le trouble invoqué par un Office Public de l’Habitat, propriétaire d’un...
Partager
Partager
error: contenu protégé