Partager

Contentieux Administratif

Le contrôle du juge de cassation sur la qualification d’une délégation de service public

Par cette décision du 24 mars dernier mentionnée dans les tables du Recueil, le Conseil d’État rappelle qu’il exerce, en cassation, un contrôle de qualification juridique de la nature du contrat retenue. En l’espèce, il s’agissait de la création d’un musée de photographie au sein de la galerie du « Château d’eau » de la ville de Toulouse. Après en avoir assumé directement sa gestion et son exploitation, la commune les a confiées à l’association pour la Photographie au Château d’eau (PACE) par plusieurs conventions successives, jusqu’au placement en redressement judiciaire de celle-ci en 2020. Par ordonnance, le tribunal judiciaire de Toulouse a sursis à statuer sur la requête en revendication de propriété des œuvres exposées par la commune de Toulouse, et l’a enjoint à saisir la juridiction compétente afin de qualifier les conventions et la nature des biens en cause. Ainsi saisi, le tribunal administratif de Toulouse a, par un jugement [...]
En savoir plus

Manifestations des « Gilets jaunes » à Toulouse : la responsabilité de l’Etat pourrait être engagée

Ce jour, le rapporteur public de la 4ème chambre du Tribunal administratif de TOULOUSE a invité la formation de jugement à indemniser la Ville et la Métropole de leurs préjudices résultant des nombreuses dégradations commises au cours des épisodes de manifestation s’étant déroulées à Toulouse, tous les samedis, de novembre 2018 à mai 2019 (dégradation de voirie, de mobiliers urbains, de caméras de vidéo-protection et de trafic, d'horodateurs, des espaces verts et des décorations de noël…). La responsabilité sans faute de l’Etat serait en l’espèce susceptible d’être engagée sur le fondement du régime de responsabilité d'ordre public prévu à l’article L. 211-10 du Code de la sécurité intérieur, du fait des « dégâts et dommages résultant des crimes et délits commis, à force ouverte ou par violence, par des attroupements ou rassemblements armés ou non armés, soit contre les personnes - privées comme publique -, soit contre les biens ». L’affaire, [...]
En savoir plus

Parution du décret n° 2022-433 du 25 mars 2022 relatif à la procédure de médiation préalable obligatoire

Pérénisée et généralisée par l'article 27 de la loi du 22 décembre 2021 pour la confiance dans l'institution judiciaire, la procédure de médiation préalable obligatoire attendait son décret d'application. C'est désormais chose faite. Le décret n° 2022-433 du 25 mars 2022 relatif à la procédure de médiation préalable obligatoire applicable à certains litiges de la fonction publique et à certains litiges sociaux est venu préciser les conditions de mise en œuvre de cette procédure. Il définit en particulier les modalités et délais d'engagement de la médiation, les catégories de décisions qui y sont soumises, de même que, pour les litiges de la Fonction publique, les services de l'Etat, les organismes, les collectivités territoriales et les établissements publics locaux dans lesquels sont affectés les agents concernés. Il identifie enfin les instances et autorités chargées d'assurer ces missions de médiation préalable obligatoire. En Fonction publique, sont pour l'essentiel concernées certaines mesures défavorables prises en matière de rémunération, [...]
En savoir plus

Tempête sur les conventions TER – Episode 2 : confirmation de l’illégalité des clauses financières types (CAA Marseille, 19 janvier 2022, n°1905647)

Aux termes d’un arrêt rendu le 19 janvier 2022, la Cour administrative d’appel de Marseille a confirmé le jugement du Tribunal administratif de Marseille du 15 octobre 2019 prononçant l’annulation du contrat d’exploitation des services ferroviaires régionaux conclu entre SNCF Voyageurs et la Région PACA (assistée dans cette affaire par le Cabinet). Rendue sur l’appel prévisible de SNCF Voyageurs (v. la conclusion de notre commentaire sur la décision de première instance), cette décision confirme l’illégalité de la convention en raison de l’illicéité de ses clauses financières et le bienfondé de la position adoptée par la Région PACA. L’arrêt se caractérise par une motivation détaillée dont la portée dépasse très largement le cas de l’espèce. Il donnera probablement lieu à une décision du Conseil d’Etat qu’il conviendra d’examiner avec attention, d’autant plus que la solution affecte bon nombre de conventions conclues ou à conclure entre les AOT et SNCF, qui reposent [...]
En savoir plus

Régularisation : au tour de la DUP !

La possibilité de régulariser un acte en cours d'instance, sous le contrôle du Juge administratif, bien connue des praticiens du droit de l'urbanisme (article L. 6005-1 du code de l'urbanisme pour les autorisations, voir CE, 27 mai 2019, Ministre de la cohésion des territoires et société MSE La Tombelle, n° 420554 ; article L. 600-9 du Code de l'urbanisme pour les PLU et SCOT ; voir CE, 22 décembre 2017, Commune de Sempy, n° 395963) a été étendue aux autorisations environnementales (article L. 181-18 du Code de l'environnement ; CE, Avis, 27 septembre 2018, Association danger de tempête sur le patrimoine rural, n° 420119). La décision du Conseil d'Etat n° 437634 du 9 juillet 2021 s'inscrit dans cette veine jurisprudentielle. Était discutée la légalité de l'arrêté du 9 mars 2015 déclarant d'utilité publique et urgents, au bénéfice du département de l'Hérault, les acquisitions et travaux nécessaires à la réalisation de [...]
En savoir plus

Le Conseil d’Etat précise le champ d’application de l’article R.421-1 CJA

Par un avis du 27 avril dernier, qui sera publié au Recueil, le Conseil d’État, interrogé sur l'applicabilité aux personnes morales de droit privé de l'article R. 421-1 du code de justice administrative, rend l'avis suivant : "3. Il résulte de la modification apportée à l'article R. 421-1 du Code de justice administrative par le décret du 2 novembre 2016 que, depuis l'entrée en vigueur de ce décret le 1er janvier 2017, l'exigence résultant de cet article, tenant à la nécessité, pour saisir le juge administratif, de former recours dans les deux mois contre une décision préalable, est en principe applicable aux recours relatifs à une créance en matière de travaux publics. 4. Toutefois, si les dispositions de l'article R. 421-1 n'excluent pas qu'elles s'appliquent à des décisions prises par des personnes privées, dès lors que ces décisions revêtent un caractère administratif, aucune disposition législative ou réglementaire ni aucune règle générale [...]
En savoir plus

Actualité : péril imminent, contentieux de pleine juridiction et entrée en vigueur de la nouvelle police de la sécurité et de la salubrité

L’actualité, en matière de péril, est double. En premier lieu, le Conseil d’Etat, dans une décision du 23 décembre 2020 mentionnée dans les tables du recueil Lebon (n° 431843) a considéré que la contestation d'un arrêté de péril imminent, pris sur le fondement de l'article L. 511-3 du code de la construction et de l'habitation (CCH) relève du contentieux de pleine juridiction (voir en ce sens, deux jugements rendus le 26 février 2019, classés en C+ : http://montpellier.tribunal-administratif.fr/A-savoir/La-Lettre-de-jurisprudence/Police-des-immeubles-menacant-ruine). Ce revirement de la Haute assemblée a conduit à censurer l’arrêt qui lui était soumis : « 3. Il résulte des termes mêmes de l'arrêt attaqué que, pour statuer sur la légalité des arrêtés de péril imminent pris, ainsi qu'il a été dit, sur le fondement des dispositions citées ci-dessus de l'article L.511-3 du code de la construction et de l'habitation, la cour administrative d'appel s'est fondée sur les circonstances de droit et de fait [...]
En savoir plus

Article L. 600-5-1 du Code de l’urbanisme : l’annulation du premier jugement entraine celle, par voie de conséquence, du second jugement

Le mécanisme de régularisation d'une autorisation d'urbanisme issu de l’article L. 600-5-1 du Code de l’urbanisme est désormais bien connu, et très régulièrement mis en œuvre par les Juridictions administratives. Dans un premier temps, dans un jugement avant dire droit, le Juge administratif, après avoir constaté que les autres moyens de la requête ne sont pas fondés, estime qu’un vice entrainant l’illégalité de l’autorisation d’urbanisme attaquée est susceptible d’être régularisé : il sursoit alors à statuer, le temps que le pétitionnaire régularise le vice entachant la légalité de son projet. Dans un second temps, le Juge administratif statue sur l’efficacité de la mesure de régularisation (sur ce point, voir le commentaire à venir, sur le blog, de l’avis n° 438318 du 2 octobre 2020). Si le Juge estime que cette mesure a bien régularisé le vice (ou les vices) du permis initial, il rejette en conséquence la demande d’annulation, par un [...]
En savoir plus

Changement de ressort des Cours Administratives d’Appel de Nantes, Paris et Versailles

Au journal officiel du 6 mai, le décret n°2020-516 du 5 mai 2020 modifie le ressort des Cours Administratives d’Appel de Nantes, Paris et Versailles. Ainsi, le tribunal administratif d’Orléans relèvera de la Cour Administrative d’Appel de Versailles (et non plus de la Cour Administrative d’Appel de Nantes) ; le tribunal administratif de Montreuil relèvera de la Cour Administrative d’Appel de Paris (et non plus de la Cour Administrative d’Appel de Versailles). Ces dispositions s’appliqueront aux appels des jugements rendus à compter du 1er septembre 2020, ainsi qu’aux requêtes relevant de la compétence de premier ressort des cours administratives d’appel dirigées contre les décisions administratives prises à compter de la même date. Modification ressort CAA
En savoir plus
1 2 3 4 5 6
error: Contenu protégé par copyright